Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Petit texte pour Paroles Plurielles.....

    "J'ai presque une heure d'avance " est la phrase de départ exigée......medium_11691795_p.jpg

    Ici on se les caille (Anne Bonaventure)

    J'ai presque une heure d'avance, et me voilà encore à attendre le reste
    de la troupe.

    Les organisateurs m'ont bien prévenu que mes collègues font souvent le
    quart d'heure poitevin, une coutume parait-il dans certaines régions.
    Mais là ça dépasse les bornes, une heure vous vous rendez compte. Je
    savais bien qu'il fallait enlever ses chaussures, mais j'ai pas bien
    compris pourquoi ? Les autres sont au bistrot, ils m'ont pas attendu.
    Sont pas des potes...

    Les consignes pour parvenir jusqu'ici sont d'un rigide et j'ai dû m'y
    préparer :

    Ne rien toucher, rester raide comme un piquet, avoir déposé ses
    chaussettes aux vestiaires, être à jeûn. Et en plus avoir un costume
    noir bien repassé, impeccable quoi.

    J'avais de longue date préparé ce jour et j'ai traversé toute la France.
    J'aimerais bien prendre une petite douche et boire un verre d'eau bien
    fraîche. Dans mon coin c'est la canicule, ici on se les caille.

    Je n'ose pas les rejoindre les autres, de peur de perdre ma place. Nous
    sommes tant à nous être inscrits.

    J'en profite parce que dès qu'ils arriveront là je vais pas rigoler.

    Ben oui ça fait un an que je le prépare ce voyage : faire le tour de la terre en Mongolfière demande primo de la solidité mentale : parce que ça tourne – ben oui la terre tourne – secondo faut toujours avoir les pieds propres, et tertio je pense qu'il faut de l'aplomb pour ne pas tomber... oui tomber amoureux de qui ben de la
    terre...

     

     http://coumarine2.canalblog.com/

  • ICI ON VEND DES BRIQUES.....

    Dans les quartiers populaires, ce n'est pas comme dans les souks, des tas petites échopes où l'on vend ce qui est indispensable et non superflus......medium_CIMG1276.JPG

  • BON ANNIVERSAIRE GAZELLE

    medium_anniversaires-gif-061.gifmedium_f295066.jpg
    medium_000044annvi.2.gif

    Et tout et tout et tout le bonheur pour toi avec Gazou à Rochefort ville bien connue pour la longue vie aux amoureux.....

    medium_Img2003-12-28_0005.JPG

     

    Et gros bisous de Zébulon qui t'aime déjà sans t'avoir vue.......

    http://gazelle.hautetfort.com/

  • Il fallait mettre cette phrase : " le poisson était sur le dos"....

    Anne Bonaventure - Le poisson était sur le dos

    Il était parti en me laissant quelques livres, photos, disques bon pas les CD bien sûr.

    Nous ne pouvions plus vivre sous le même toit. Il ne supportait pas ma collection de papillons, de grenouilles et crapauds encadrés dans le couloir d'entrée. Bien que ce ne soit que des aquarelles du 18ème siècle.
    Monsieur était allergique à toute l'espèce animale.

    Quand j'ai adopté un chat, il m'a fait la gueule, quand j'ai recueilli un petit roquet oui un roquet faut bien que je l'avoue : pas beau le chien, mais bon ......il a refait la gueule.

    Mais le pompom : c'est quand j'ai installé au-dessus de la télé un petit aquarium avec le poisson rouge....là il est parti et pour de bon ......le poisson rouge l'a mal accepté et le soir même.....le poisson était sur le dos...

     

     

    Faites un tour aux : 

     

    et même y lire mes autres textes..... 

     

     http://impromptus.fr/dotclear/index.php

    Vous pouvez même y participer.... 

  • UN TEXTE TOUJOURS D'ACTUALITE

    Lorsque les nazis sont venus
    chercher les communistes
    Je n'ai rien dit
    Je n'étais pas communiste.
    Lorsque ils sont venus
    chercher les socio-démocrates
    Je n'ai rien dit
    Je n'étais pas social -démocrate.
    Lorsque ils sont venus
    chercher les syndicalistes.
    Je n'ai rien dit
    Je n'étais pas syndicaliste
    Lorsque ils sont venus
    chercher les catholiques
    Je n'ai rien dit
    Je n'étais pas catholique.
    Lorsque ils sont venus
    chercher les juifs
    Je n'ai rien dit
    Je n'étais pas juif.
    Puis ils sont venus me chercher
    Et il ne restait plus personne
    pour protester.

    Poème attribué au Pasteur  Martin Niemöller

    Déporté de 1938 à 1945 dans les camps pendant le nazisme....... 

     

    TOUJOURS à méditer.

    Regardons autour de nous.

    N'oublions pas le passé.

    Que voulons-nous pour notre présent, notre avenir..... 

  • Petit texte pour les Impromtus littéraires

    http://impromptus.fr/dotclear/

    Anne Bonaventure - Les chaînes du passé

    Il avait été obligé de tout abandonné…..menacé de mort.

    Il s’était enfui, avait quitté sa terre natale.
    Une grande partie de sa famille avait été assassinée :

    hommes, femmes, enfants, nourrissons.
    Arrivé ici, une des premières choses qu’il fit : se trouver une compagne,

    fonder une famille, reprendre une vie normale, en fait continuer de vivre.
    Je l’ai bien connu. Il travaillait, travaillait même les week-ends, s’était plongé

    dans le travail pour accumuler suffisamment et acheter un appartement de

    quoi protéger sa nouvelle famille.
    Il parlait très peu.
    Je sentais bien que les chaînes du passé étaient bien présentes, que les images

    de destruction le rongeaient à chaque instant. A qui pouvait-il se confier :

    à sa jeune épouse qui était prise par le quotidien, les enfants….
    Non il s’est tu jusqu’au jour où il a senti que la mort arrivait et là dans

    un dernier souffle a dit……

    medium_plum.2.jpg
  • Encore un petit texte avec comme début de phrase : Il faut que je vous dise....

    plan_d_eau__coumarine_

    (photo de Couramine)

    Libre, enfin libérée ! (Anne Bonaventure)

    Il faut que je vous dise... J'ai menti ! Oui j’ai menti.

    Et cela me ronge, cela fait treize ans que je ne peux vous dire pourquoi.

    Mais aujourd’hui je suis libérée: elle est morte. Je viens de l’apprendre.

    Je peux enfin délier ma langue, mon esprit, mon âme. J’ai trop souffert

    sous le poids de ce mensonge.
    Elle m’avait interdit toutes paroles qui pourraient trahir ce secret.
    Que pouvais-je faire ? A part m’égratigner de l’intérieur.

    Je l’aimais trop, elle n’aurait pas supporté. S’il n’avait tenu qu’à moi,

     j’aurais ouvert les portes de l’écluse de mon cœur bien plus tôt.

    Elle a toujours refusé, nous en parlions à demi-mot, sous couvert, entre nous.

    Nous étions devenues complices. De quoi ? Je ne peux vous le dire encore,

    mais j’ai menti....

    Mes souvenirs se noient dans la rivière.

    Je n’y plongerai plus mon regard dans l’attente de son retour,

    elle s’y est noyée ce jour.

     

    http://coumarine2.canalblog.com/

  • OUI IL A FAIT BEAU

    medium_CIMG1330.JPG
    La Koutoubia
     ce qui était le plus agréable comme vous pouvez le voir la pureté du ciel bleu....